La Pipe d'Argile
 

Les types d'argiles naturelles

Il existe un grand nombre d'argiles très différentes. Les diverses conditions géologiques à l'origine de la formation des lits d'argile expliquent cette variété. Des argiles différentes peuvent se trouver mélangées l'une à l'autre. Dans ce large éventail, le céramiste distingue certaines catégories en se basant sur la similitude de plasticité, de texture, de composition et d'emploi.
 

Le kaolin

Le kaolin (en anglais, China clay: argile de Chine) est d'un intérêt tout particulier pour le potier. Elle est indispensable à la fabrication de la véritable porcelaine. Il existe des gisements de kaolin en Asie, en Afrique, en Amérique du Nord aussi bien qu'en Europe, mais ils sont plus rares que les gisements des autres types d'argiles. En Chine, les kaolins cuisant blanc sont plus communs que partout ailleurs et ils sont plus plastiques et se travaillent mieux que ceux des autres pays.

La fabrication de pièces d'argile blanche remonte en Chine au début de la dynastie Han, 200 ans avant notre ère. Au début, les potiers chinois tiraient du kaolin des pâtes douces et blanches. La conduite de la cuisson jusqu'à 1200°C environ et les poteries blanches vitrifiées utilisant des pâtes principalement composées de kaolin existent en Chine depuis au moins l'an 600 de notre ère. Peu à peu ils apprirent à atteindre des températures de cuisson plus élevées et à modifier leurs pâtes pour obtenir la dureté, la blancheur et la translucidité de la porcelaine véritable. Cette découverte de la porcelaine a été un triomphe technique dans le domaine de la céramique.

Les kaolins sont des argiles primaires formées par la décomposition du feldspath sur place. On les trouve déposés dans des poches plutôt qu'en vastes couches stratifiées  et ils sont relativement exempts d'impuretés minérales comme le fer.  Leur grain est grossier et  ils ne sont pas plastiques en comparaison de la plupart des argiles sédimentaires.

Les kaolins purs sont des argiles très réfractaires et leur point de fusion dépasse 1800°C. Employés seuls, ils sont d'une utilisation difficile à cause de leur faible plasticité et de leur point de fusion élevé. Par conséquent le kaolin est rarement employé seul, on lui ajoute d'autres matériaux pour le rendre plus plastique et abaisser son point de fusion afin d'obtenir des pièces vitrifiées. Ces kaolins ainsi modifiés sont alors appelés porcelaines.
 

Les ball clays (argiles très plastiques)

Les ball clays sont en quelque sorte à l'opposé des kaolins quant à leurs propriétés.  Elles font partie des argiles secondaires ou alluviales. Elles contiennent plus de fer, sont plus fusibles, beaucoup plus plastiques et leurs particules sont plus petites. Les ball clays et les kaolins sont vraiment complémentaires, et on les mélange souvent pour obtenir des pâtes céramiques qui se travaillent bien. Bien que moins pure que les kaolins, elles contiennent relativement peu de fer et autres impuretés et cuites à environ 1300°C, elles prennent une teinte gris ou brun clair et sont denses et serrées.

Il est impossible de les utiliser seules en poterie, à cause de leur retrait excessif qui peut atteindre jusqu'à 20 % lorsqu'elles sont cuites à leur température de maturation. On les utilise en addition à des argiles dont on veut augmenter la plasticité. Dans la fabrication de porcelaines, leur addition à la pâte est indispensable pour corriger le manque de plasticité du kaolin Une quantité supérieure à 15 % risque cependant d'entraîner l'apparition de gris ou de brun.

A l'état cru, ces argiles sont en général gris foncé, en raison de la présence de matière carbonique. Ce carbone, entièrement brûlé à la cuisson n'affecte pas la couleur de la pâte cuite. Une telle argile est d'autant plus plastique qu'elle contient plus de carbone. Certaines argiles très plastiques cependant ne comportent que peu de carbone et sont tout à fait blanches à l'état naturel.

Les ball clays sont employées pour la fabrication d'une grande variété de produits. Aux Etats-Unis, elles sont extraites des importants gisements du Tennessee ou du Kentucky.
 

Les terres à feu ou argiles réfractaires

Les terres à feu ne sont pas un genre d'argile aussi nettement défini que les kaolins ou les ball clays. Le nom même de "terre à feu" indique qu'elles sont réfractaires ou résistantes à la chaleur. Les unes sont très plastiques, d'autres très peu, et leur couleur après cuisson est variable. Une argile qui ne fond et ne se déforme pas jusqu'à 1500°C environ est appelée " terre à feu". Le fait qu'une terre soit réfractaire ou résistante à la chaleur indique qu'elle est relativement pure et exempte de fer, bien que beaucoup de "terres à feu" cuisent brun ou marron dues à de faibles concentrations de minéraux de fer.

Les terres à feu sont utilisées dans la fabrication de produits très variés, surtout des briques et autres éléments réfractaires pour fours, fourneaux, chaudières et creusets. Les industries métallurgiques du cuivre, du fer et des aciers dépendent des hauts fourneaux, lesquels sont garnis de briques réfractaires pour pouvoir atteindre la température de fusion de ces métaux.

En céramique on emploie ces argiles en addition aux pâtes à grès ou à celles destinées à la fabrication des cassettes et autre matériel d'enfournement dont on veut augmenter la résistance à la chaleur. La terre à feu peut donner la rugosité ou le grain désiré aux pâtes à grès. On l'emploie aussi pour le coulis servant à aveugler les fentes autour des portes des fours, pour la fabrication des montres pyrométriques, et l'on s'en sert également pour caler les plaques d'enfournement.
 

Les grès

Les terres à grès sont des argiles secondaires ou sédimentaires, plastiques dont la vitrification s'effectue de 1200°C à 1300°C environ. Cuites, leur couleur va du chamois ou gris clair à un gris plus foncé ou au brun.

Elles varient beaucoup dans leur plasticité et leur température de cuisson et il n'y a pas de distinction bien nette entre les terres à feu ou à grès. En fait, la classification des types d'argile repose plus sur leur utilisation céramique que sur leur véritable nature chimique ou physique ou sur  leur origine géologique. La même argile peut très bien être employée à la fois comme terre réfractaire pour faire des briques à feu et pour la fabrication de grès cuisant à haute température.

Bien des argiles sont utilisables pour la fabrication du grès sans aucune modification. Elles peuvent avoir exactement la plasticité requise pour le tournage et présenter les caractères spécifiques du grès quant au séchage et à la cuisson.

Les petits ateliers du siècle dernier, qui produisaient de la poterie utilitaire, employaient d'habitude une terre à grès extraite dans le voisinage et préparée sans aucune autre addition. Ce genre de pâte naturelle peut donner des couleurs et des textures très agréables et bien prendre les engobes et les glaçures pour grès à hautes températures.

Après la porcelaine véritable, le grès occupe la deuxième place dans la production de poteries artisanales de qualité. Ces argiles sont solides, fortes et denses et à cause d'une certaine similitude des propriétés physiques des glaçure et des tessons ces premières adhèrent très bien aux secconds.
 

Les faïences

La plus grande partie des argiles peuvent être appelées terres à faïence ou argiles communes. Ces argiles contiennent assez de fer et d'autres impuretés minérales pour devenir serrées et dures, cuites de 950°C  à 1100°C environ. A l'état naturel, elles sont grises, verdâtres, rouges ou brunes à cause de l'oxyde de fer qu'elles contiennent.
Cuites, leur couleur peut aller du rose au noir en passant par toutes les variétés de jaune, rouge, brun, etc., suivant la qualité particulière de chaque argile et les conditions de cuisson. La majorité des poteries dans le monde sont faites avec ce genre d'argile, ainsi que les briques, les tuiles, les tuyaux et autres productions similaires L'argile rouge commune peut être très plastique, et même trop plastique et trop collante pour être employée seule; d'autre part, il arrive qu'elle ne le soit pratiquement pas à cause de la présence de sable ou d'autres débris rocheux. Le potier recherchera donc une terre à faïence douce et plastique, qu'il puisse éventuellement modifier en ajoutant un peu de sable ou d'argile non plastique. Le briquetier, lui, recherchera une terre moins fine contenant du sable et d'autres débris non plastiques, qu'il pourra presser, sécher et cuire, sans crainte de gauchissement, de fentes ou de retrait excessif.

La faïence est la plus commune et la plus ancienne de toutes les argiles utilisées en poterie. Les faïences sont moins fortes, moins dures, moins denses et plus poreuses que les grès ou les porcelaines. Elles absorbent ainsi plus facilement les liquides que les autres céramiques. Certaines glaçures utilisées sur les faïences contiennent comme fondant du plomb toxique et à cause des différences entre la dureté du tesson et des glaçures, ces dernières adhèrent moins bien aux pots et s'écaillent plus facilement.

De grandes quantités d'argile rouge commune affleurent à la surface de la terre. Bien qu'une grande partie soit inutilisable à cause de la présence de débris de calcite (pierre à chaux) ou d'autres sels alcalins solubles, il reste cependant d'énormes réserves de faïences bonne à l'emploi.
 

La porcelaine

La porcelaine n'est jamais une argile naturelle. Elle est principalement composée de kaolins, additionnée de ball clay afin d'augmenter sa plasticité et de feldspath moulue pour abaisser son point de vitrification. Les véritables porcelaines translucides sont cuites entre 1260 oC et 1400 oC et, certaines porcelaines spéciales, contenant plus de kaolin et moins de fondants, cuisent à des températures bien supérieures.

Très forte, dense et dure, elle est moins poreuse que n'importe quel autre céramique. Les glaçures spécialement conçues pour une porcelaine spécifique et appliquées sur une pièce bisquitée adhèrent très bien au tesson. La porcelaine véritable, blanche et translucide, est la plus raffinée de toutes les poteries.

 
[Atelier]        [Fabrication]        [Grès]        [Page principale]        [Porcelaine]        [Vente]